Le quatuor de Montréal

Le Quatuor de Montréal est une série de quatre (4) romans mettant en vedette Paul Letendre, un collectionneur de livres auteur d’un argus sur les éditions originales, anciennes, que les événements précipitent dans des aventures à caractère d’investigations criminelles.

Le premier titre, Letendre et l’homme de rien, est paru aux éditions Fides, à Montréal, en 2008 et le deuxième, Letendre et les âmes mortes, à la même maison, en 2010.

Letendre et l’homme de rien

letendre-homme-et-rien

Résumé

Comment Paul Letendre, collectionneur de livres anciens, père aimant et compagnon affable quelque peu pantouflard, a-t-il pu se laisser entraîner dans une investigation criminelle au péril de sa vie?
Dans la neige et le chatoiement des fêtes, il se lance sur les traces d’un « homme de rien » assassiné dans des circonstances troublantes, avec l’espoir de récupérer une édition originale des liaisons dangereuses de Laclos. De son arrondissement bourgeois d’Outremont en passant par un quartier pauvre du sud-ouest de la ville, qui lui rappelle ses cauchemars de jeune homme, et par Prague, « la plus belle ville du monde », il remonte une filière qui va lui réserver plus d’une surprise.
Intuitif, mais sans réelle méthode, jamais certain de progresser, toujours à se questionner sur l’à-propos de sa démarche, il demeure fidèle à lui-même, à la fois candide et gauche, et parvient à résoudre une enquête qui laissait la police perplexe. Si son aventure n’a rien d’héroïque, elle a toute la propension des gens ordinaires à briser les digues du quotidien pour s’embarquer dans des aventures plus grandes qu’eux. Et cela donne l’occasion d’un roman qui happe le lecteur comme la plus virevoltante des histoires.

Letendre et les âmes mortes

letendre-ame-mortesRésumé

Le geste d’un névrosé, à Moscou dans la nuit du 12 février 1842, et un terrible accident, plus de 160 ans plus tard, le soir du 26 juillet à Montréal… et Letendre, entraîné par sa passion pour les livres anciens, découvre entre les deux événements d’invraisemblables liens susceptibles de mettre en jeu la vie de plus d’une personne, dont la sienne.
D’abord en Russie, une femme voudra absolument savoir s’il est courageux, puis au Canada, la plus cruelle des organisations criminelles lui donnera l’occasion de répondre à son interrogation.
Entouré de ses proches, armé uniquement de son intuition et de l’irréductible volonté de sauver deux âmes mortes d’un tragique destin, il se jettera dans la plus imprévisible des aventures qui en fera le détenteur légitime d’un précieux manuscrit, véritable trésor national russe.

Dossier de presse

LE DEVOIR : Il est des livres comme ça, qui nous tombent dessus, qu’on n’attendait pas. Des livres qu’on ouvre par simple curiosité et qui petit à petit en viennent à nous habiter complètement. Letendre et l’homme de rien est de ceux-là…

GABRIELLE PASCAL-SMITH, PROFESSEUR DE LITTÉRATURE À L’UNIVERSITÉ MCGILL, ET ESSAYISTE (STENDHAL, GÉRARD DE NERVAL, ET ANDRÉ LANGEVIN) : Ce roman introduit un nouveau style de roman policier (…) vide de paragraphes inertes, si nombreux dans ce genre de romans (…) soyez sûr que le lecteur, fasciné, ne peut pas s’endormir!

JOURNAL PREMIÈRE ÉDITION : Pas de fla-fla, de scènes sanguinolentes, mais une histoire accrocheuse et de sympathiques personnages.

ALIBIS, magasine spécialisé dans le Polar : Le talent de l’auteur consiste à nous embarquer dans une enquête improbable (…) On aura compris que j’ai bien aimé lire cette première affaire de Letendre. En fait, ce roman d’enquête est du type  » biblio-mystery  » dont les lecteurs anglo-saxons raffolent…

LES BOUQUINEURS : Alerte et captivant jusqu’à la dernière page, et toujours la belle prose de Caron.

LE LIBRAIRE : l’auteur tient le pari de susciter (et de maintenir!) l’intérêt par la force tranquille de son intrigue et de sa plume, par le degré de sympathie généré par ses personnages. À n’en pas douter, Georges Simenon, qui n’avait pas hésité jadis à encourager Pierre Caron à embrasser la vocation littéraire, serait fier de ne pas s’être trompé sur le talent de son admirateur et ami. Et nul doute qu’il voudrait lui aussi connaître la suite des aventures de Letendre.

LE PROGRÈS-DIMANCHE : Une bonne histoire, derrière laquelle il y a autre chose: des personnages et leur humanité, leur intuition, leur angoisse et leur motivation profonde (…). Le rythme d’un roman policier et la profondeur d’une œuvre littéraire.

LE PLACOTEUX : Letendre et l’homme de rien s’inscrit dans la foulée des grands romans policiers. Il est captivant, rempli de rebondissements, et a la particularité d’être fort bien écrit.

LA PRESSE : Letendre et l’homme de rien est une sorte d’antithriller, à l’intrigue feutrée et au héros pantouflard (mais pas peureux!) entouré de quelques comparses efficaces et sympathiques que l’on retrouvera dans ses prochaines aventures.

letendre_t1_fides1 letendre_t1_qloisirs